PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Microsoft s’engage à sortir deux nouvelles versions de Windows 10 par an

dimanche 23 avril 2017 à 11:48

Un système de livraison tous les 6 mois, c'est étonnant mais ça me rappelle un cycle de distribution Linux. Plaisanterie mise à part, quand on voit la masse de données que représente une mise à jour Windows, il était sérieusement temps que Microsoft mette en place des dates pour qu'on puisse anticiper.

source

Au fait le serveur jabber de Dukgo est mort mais c'est pas grave y a mastodon !

dimanche 23 avril 2017 à 08:00

On peut lire ici :

UPDATE (April 11th, 2017)

On May 9th, 2017 we will be shutting down our dukgo.com XMPP service. Thanks for your continued support over the previous years.

We apologize for the historical service uptime and lack of full-featured support. Given our strict privacy policy, we didn't want to introduce any features that might compromise anonymity, but as a result, we received continual abuse that led to our uptime issues, and ultimately the decision to retire the service.

For alternative XMPP servers check out www.cryptoparty.in/connect/contact/jabber and gultsch.de/compliance_ranked.html

The DuckDuckGo Team

Alors oui je vous vois venir mais vous allez me dire mais qui utilise jabber aujourd'hui ? Personne ou presque et vous n'aurez pas totalement tort. Et pourtant si on réfléchit bien, jabber ça gère les transferts de fichiers, ça gère la vidéo, ça gère le son, ça gère tout jabber et ça permet de faire des choses formidables, quelles sont alors les raisons de son échec. On va quand même pas se mentir, et ne pas s'interroger sur l'échec d'aujourd'hui mais sur l'échec d'hier. Nous sommes en 2017, le format messagerie instantanée c'est terminé, nous sommes à une autre époque, du réseau social, du collectif, pas de la relation individuelle textuelle. Remontons plutôt le temps pour se poser la question de pourquoi ça n'a pas marché avant ?

Jabber s'installe très facilement, en moins de 5 minutes avec prosody vous avez votre propre serveur. Bien sûr, c'est encore des problèmes de sécurisation potentiels mais dans une moindre mesure, la configuration est plus facile à réaliser que celle d'un mastodon, mais plus facile à réaliser pour qui ? Elle est facile à réaliser pour celui qui possède une machine Linux, qui est capable de rediriger une adresse de type dyndns, d'ouvrir un port de faire une règle NAT. C'est donc facile pour pas grand monde finalement et dans ce genre de circonstances on va vers ... une instance créée par quelqu'un d'autre. Et donc on en revient toujours à l'instance du voisin et là force est de reconnaître que du côté de jabber, on a vraiment mais vraiment pas été aidé. jabber.fr ou jabber.org des sites en permanence dans les choux. L'idée c'était de passer d'une instance à l'autre, de multiplier les instances pour être de temps à autre accessible, je n'évoque même pas jappix. L'absence en fait de quelques plateformes fiables au milieu d'un important maillage de petites instances pour ceux qui veulent n'aura jamais permis à cette très bonne technologie de décoller.

Si avoir la volonté d'un projet libre est indispensable, avoir des plateformes libres, éthiques mais peut être payantes pour assurer une stabilité est tout aussi obligatoire. Obligatoire si on fait le choix d'avoir un service ou un logiciel populaire, si en outre on considère qu'il faut rester dans l'entre-soi, la question dès lors n'a pas de raison de se poser. Lorsqu'on voit ce que représente l'installation d'une instance mastodon, bien plus complexe que l'installation d'un prosody qui se fait en deux minutes, il faut se dire alors que les gens qui voudraient utiliser le service iront vers des instances. Seulement comme on peut le voir avec Dukgo qui se veut pourtant un ami du libre, vous n'avez en aucun cas la main sur l'avenir de l'instance et donc la continuité du service. Cette sécurité bien sûr, vous ne l'avez pas non plus avec un service propriétaire, vous achetez un jeu, vous payez l'abonnement et un beau jour parce que ce n'est plus rentable l'éditeur ferme le service sans se poser la question si vous jouez ou non.

Faire de l'informatique c'est à un moment être tributaire des autres, le moins on l'est, le mieux c'est, si on ne peut pas faire autrement et passer par un tiers, il faut alors avoir conscience et accepter que tout peut s'arrêter du jour au lendemain.

Dans la même veine d'articles, alterlibriste a écrit une bafouille.

Rogue One

samedi 22 avril 2017 à 17:55

Luke Skywalker souvenez vous, avant d'être un vrai Jedi avec des sabres laser était un pilote plutôt correct au point de faire péter l'étoile de la mort dans l'épisode 4 si je compte bien. La faille dans l'étoile, ce point sensible, comment a-t-il bien pu savoir où il se trouvait, je me le demande. Et bien vous obtiendrez la réponse au bout de deux heures de film dans ce rogue one qui raconte comment la fille du constructeur que vous voyez à l'affiche part pour aller récupérer l'information qui va bien. On ne peut pas dire que ce soit un mauvais film, on ne peut pas dire que c'est un mauvais Star Wars, mais pour moi qui attendait ces films comme un enfant le père Noël c'est certainement le début de la fin pour la série. Des scènes qui donnent une très forte impression de déjà vu, des "opposés" pour éviter de faire pareil, je pense par exemple au robot qui est plutôt bad boy et débrouillard contrairement à ce qu'on a pu avoir avec un C-3PO et pour moi, le véritable drame de ce film, l'absence de Jedi, on a juste une intervention de Dark Vador. Quand on se dit qu'ils ont pondu un film sur la simple idée de la brèche de sécurité dans l'étoile, j'ose à peine imaginer les 600 films qu'ils vont pouvoir faire tant l'univers est riche, ils vont nous faire manger du Star Wars jusqu'à l'écoeurement, ça commence certainement déjà.

On va encore tous mourir

samedi 22 avril 2017 à 08:00

Souviens toi pas forcément l'été dernier mais le fil des événements :

L'apparition des contenus payants fait désormais partie de notre quotidien, on voit désormais apparaître de façon naturelle

La perspective du futur, qui restera à déterminer quand, est assez simple, c'est celle qu'avait fait un drop dans la mare, avec son 2 minutes pour convaincre, l'internet de 2025. D'un côté un web payant qui serait un web de qualité, de l'autre un web gratuit qui serait totalement financé par la pub avec du contenu orienté. J'ai écrit dernièrement que suite au renforcement de l'activité payante de nextinpact, je prenais le risque de ne plus suivre le site. J'ai vu passé un lien du jdh vers l'article sur le fait que Mark reprenne la tête de l'entreprise Canonical. Le jdh devrait d'ailleurs s'interroger sur le fait de linker un contenu pour lequel il faut être abonné pour lire. Je pense qu'on devrait rajouter au modèle payant, au modèle gratuit sponsorisé, le modèle français, qui consiste à pomper l'information des sites américains et en faire une information. Par le fait, l'article de Nextinpact, j'ai pu avoir l'information d'au moins cinq sources différentes, dont des sites américains. Si le modèle payant veut se faire sa place, si les sites qui ont la prétention de vouloir faire payer leurs lecteurs veulent une légitimité, il faudra alors que les contenus soient personnels, originaux.

Si je devais à l'heure actuelle m'abonner à un site internet, un journal donc je prendrai sans l'ombre d'un doute l'indépendant. Pourquoi ? Parce que mon quotidien, le vrai, pas le virtuel, c'est de savoir si je peux prendre ma route pour aller bosser le matin, c'est de savoir quelle animation se déroule du côté de chez moi, de comprendre mon environnement direct. Seul l'indépendant est capable de me fournir cette information, une information qui est tout de même vendue à 14.99 € par mois ce qui est un budget que je me refuse d'avoir. Seulement, même si vous allez me dire qu'aller écrire un article sur l'avenir de Canonical et sur les travaux de la route du Chichoulet ce n'est pas pareil, et bien j'ai 30 sources d'informations différentes et gratuites pour l'avenir de Canonical, une seule pour le Chichoulet, Nextinpact a donc intérêt à faire un véritable travail de journalisme et pas du Google Translate s'il veut se rendre indispensable.

Laissons donc le microcosme de l'écrit, oui nous sommes dans le futur, l'écrit ne vaudra plus grand chose, parce que nos braves enfants élevés au porno et aux joints, et parlons du principal, la vidéo. On pouvait lire dernièrement : Youtube : Perte de revenus et hypocrisie des annonceurs. Comme souvent Houssen Moshinaly n'est pas tendre, mais l'article est documenté, on ne pourra donc pas le taxer d'aigreur. Ce que nous vivons avec la presse nous allons le vivre plus ou moins avec la vidéo mais de façon certainement plus douloureuse pour tout le monde. Si on fait le tour des sites qui proposent de la vidéo, on a forcément Youtube, on Twitch qui a l'air aussi de tirer son épingle du jeu, et les autres réseaux sociaux. Le problème c'est qu'en terme de monétisation, il n'y a que Youtube et Twitch qui ont des liens avec l'argent, Twitch d'ailleurs avec un système assez intéressant de lien avec la possibilité d'achats depuis une chaîne d'un joueur. Le gars se fend d'une vidéo de la mort, il donne envie, c'est un peu normal qu'il gagne des sous, il est le meilleur des publicitaires. Malheureusement pour Enjoy Phenix ou pour tous les youtubeurs qui n'ont pas le créneau du jeu vidéo, c'est quand même pour se faire connaître et pour gagner quatre sous Youtube ou Youtube. Si Google au départ avait sorti les contrats publicitaires et les gros hameçons pour se faire une belle écurie, maintenant que ces gens là sont bien installés avec leurs millions de followers, qui aura le courage de claquer la porte et de partir ailleurs, et puis surtout de partir où ? 

La vidéo pose de bien plus gros problèmes que l'écrit :

Même si je dois avouer que j'ai beaucoup de mal avec les vidéos autour de Linux et du logiciel libre qui sont plus proches de celles de Youtubeuses de 16 ans qui se clashent sur la couleur de leurs cheveux, il est fort à parier que l'avenir passera aussi par la vidéo. Comment le logiciel libre réussira-t-il à s'en sortir en passant par l'existant ? J'imagine bien demain une plate-forme libre avec des contenus qui sont partagés par p2p afin d'échapper au contrôle et à la centralisation.

Portes ouvertes ce samedi au lycée agricole Bonne Terre de Pézenas

vendredi 21 avril 2017 à 08:00

Je n'ai pas l'habitude de faire de la promotion de ce genre, mais samedi matin je serai à mon lycée pour participer aux portes ouvertes. Je le fais parce que ça : Les 15 métiers qui vont recruter en 2017. Dans le top des métiers qui vont recruter vous avez les métiers de l'agriculture dont la filière viticole, et nous avons un Bac pro Conduite et gestion de l'exploitation agricole option vigne et vin (CGEA), nous avons aussi un CAP Production végétale : arboriculture, horticulture, je crois qu'on est dans les clous. Je porte souvent un regard dur sur le métier, sur les collègues, dans mon domaine de compétence c'est à dire l'informatique, mais c'est certainement parce que je ne fais pas partie du même monde. Mes collègues sont de vrais professionnels de la terre, je les vois passer le matin avec le tracteur, s'occuper des vignes, enfin ce genre de choses que je ne comprends pas comme boire du vin à table, suer devant un tableur ou ramasser des sangliers qu'on vient d'écraser.

Ce que j'aime bien dans la notion de professionnel, c'est le professionnel. Comprenez que lorsque je parle d'informatique, même si ma période d'ingénieur commence à dater, j'ai été auto-entrepreneur, si demain je voulais me relancer je pense que dans mon secteur je pourrai en vivre, mal, mais en vivre quand même. Sans être un professionnel de l'informatique aujourd'hui, je sais en reconnaître un et j'aime savoir que mes élèves ne sont pas face à un produit formaté de l'université. Dans mes collègues, certains possèdent leur propre exploitation agricole, certains sont apiculteurs, la variété des compétences et des métiers rencontrés est importante chez des gens qui ont tous plus ou moins connus autre chose que l'enseignement, comme j'aime à le dire à mes élèves, j'ai connu le travail dans ma vie avant de faire prof.

Je crois que nous apportons une autre vision éducative, une vision différente, vous pouvez plus ou moins palper à travers mon propos, que je n'ai pas le mépris de celui qui est une bourrique en maths et qu'il a d'autres qualités, à nous de trouver lesquelles et de réussir à ce que le reste, les intégrales, les choses étranges, se passent le moins mal possible pour que le gamin arrive à s'insérer dans la société et être heureux.

J'ai la conviction que la terre, dans un monde qui se casse la gueule, dans un monde où il faudrait arrêter de manger de la merde, ou de faire venir des cultures depuis des milliers de kilomètres pour gagner quelques cents quand l'agriculteur du coin fait la même chose, c'est l'avenir, manger mieux, consommer mieux, vivre mieux et que pour former ces professionnels on a trouvé des enseignants plus abrutis que nous, je dirai même que souvent, avec un peu de modestie on n'est pas trop mauvais.

Le lycée comme tous les établissements agricoles accueille des élèves de quatrième et de troisième où nous proposons de nombreuses matières professionnelles, les filières agricoles comme précisé plus haut, les filières de service à la personne qui sont des filières d'avenir, on commence à se faire vieux, une seconde générale et un BAC STAV sciences et technologies de l'agronomie et du vivant : agronomie, alimentation, environnement, territoires, qui là encore est à mon sens en plein dedans.

Venez nombreux, je suis sûr qu'ils sortiront des bouteilles.

http://bonne-terre.fr/

Je profite de ce message à caractère personnel pour vous montrer le butin du jour.

Si effectivement je ne suis pas un professionnel de l'informatique, il semblerait que mes collègues préfèrent venir me voir pour les réparations ou les conseils que d'aller chez l'assembleur du coin. C'est certainement dans ce genre de circonstances qu'on peut noter l'intégration d'un individu, la connaissance qu'ont les autres de lui. Sans dire que j'ai fait la cave de mon beau-père, j'ai régulièrement des bouteilles à lui fourguer étant donné que je suis sobre comme un chameau au grand désespoir de mes collègues. Quand on ne connaît pas un homme, à priori on lui offre une bouteille. Une bouteille d'un côté, des fleurs de l'autre, je trouve que ça fait vieille France mais c'est une autre histoire. Donc comme tout le monde a compris que je ne buvais rien et que malheureusement j'ai le physique de celui qui aime trop la mauvaise nourriture, on me bourre mon casier de bouffe. Chocolats bien sûr, avec ici un lapin de géant qui fait que la barre est montée très haut, mais aussi du pâté, du canard, enfin des vrais produits du terroir, j'imagine que c'est certainement une façon de me dire quelque chose qui finira certainement avec une bouteille de rouge.