PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Les ventes mondiales de tablettes chutent encore

samedi 6 mai 2017 à 18:24

Le fossoyeur de l'ordinateur qui est lui même fossoyé. Les gens investissent dans du smartphone de meilleure qualité et retournent aux ordinateurs portables. Amusant quand même de se dire qu'à l'instar des Apple Watch, la tablette qu'on imaginait produit indispensable, le produit qui allait tuer le PC, est en train de se ramasser. Et ce qui est encore plus amusant, enfin pas vraiment, ce sont les millions qu'on a pu dépenser dans l'éducation nationale pour faire des classes tablettes. On finira par y revenir au desktop, c'est une certitude, la seule chose qui pourra sérieusement concurrencer le clavier souris c'est le connecteur à la pensée, directement en lien avec la tête de l'individu

source

La mort trop discrète des applications de l’Apple Watch

samedi 6 mai 2017 à 17:40

On a donc gentiment les Apple Watch qui sont en train de mourir, puisque la force d'un appareil c'est son marché d'application. Souvenez vous comment tous les sites internet nous bassinaient pour nous expliquer que c'était le produit qu'il fallait impérativement avoir. Je trouve d'ailleurs que ces mêmes sites sont bien discrets sur cette invention qui sent fortement le sapin.

source

Souvenir

samedi 6 mai 2017 à 14:49

Isabelle Huppert travaille dans de la préparation de repas, elle vas croiser un jeune boxeur, intérimaire, qui est persuadé de la reconnaître. Avant d'en arriver là, il y a 30 ans, elle était Laura et elle a failli gagner l'Eurovision face au groupe Abba. Bercé par ses chansons quand il était gamin avec un père qui était fan, le boxeur va tomber très rapidement amoureux de la chanteuse et tenter de lui faire réaliser son come back. Étrange film, tout en douceur, tout en lenteur, avec une Isabelle Huppert qui prête réellement sa voix aux chansons, qui font penser à du Pink Martini, c'est très classe, c'est très Isabelle Huppert qui est une de nos plus grandes actrices françaises sans l'ombre d'un doute. A voir.

L'échantillonnage

samedi 6 mai 2017 à 08:00

L'échantillonnage est une leçon qui est abordée en seconde générale, une leçon que les enfants ont souvent du mal à comprendre et qui curieusement dans les livres est présentée avant les probabilités. Le curieusement pour moi, c'est qu'en fait la notion de probabilité est présentée en classe de troisième, elle est reprise en classe de seconde, même si sur le papier il y a une logique à faire l'échantillonage avant les probabilités, dans la réalité, il vaut mieux commencer par les probabilités.

La probabilité c'est une notion qui est naturelle chez les élèves, si on leur demande dans un lancer de pièce combien de chances ils ont de tomber sur l'un ou sur l'autre, le demi arrive de façon spontanée. La question qu'ils ne se posent pas, c'est d'où sort ce nombre et surtout, est ce que ça marche à tous les coups.

Pour faire mon cours, en introduction, je distribue à mes élèves des pièces et je fais faire six tirages par quelques élèves. Je fais noter les résultats au tableau. On va donc avoir quelque chose du genre :

  1. Jim : P F P F F P
  2. Ray : P P P P P F
  3. Robby : F F F P P P

La première chose qu'on fait constater aux élèves c'est que même si la pièce est la même, que la méthode est la même, qu'on a cette fameuse probabilité théorique c'est que d'une part on n'a pas forcément du 0.5, que d'autre part les séries sont différentes, on a donc des échantillons différents. Et donc forcément la question qui se pose, c'est pourquoi on n'a pas la probabilité de 0.5 ?

Spontanément les élèves vont expliquer que c'est parce qu'il n'y a pas assez de lancers, et donc la question qui se pose alors, c'est quand est-ce qu'on sait qu'on a un bon nombre de tirages ? On peut alors prolonger l'expérience, dans un groupe, à trente tirages on avait environ du 0.5 pour un groupe à trente tirages on était encore à du deux tiers, un tiers, ils ont poussé à cinquante pour arriver à environ du 0.5 de chaque côté.

Ce qui est important ici c'est que l'élève puisse comprendre qu'il existe :

A quoi ça sert ?

On a une pièce, on fait cinquante tirages et on obtient une probabilité de 0.3 pour face, donc 0.7 pour pile. La question qu'on peut se poser c'est de savoir si la pièce est truquée ou pas sachant qu'on a quand même franchement pile qui sort. On se dit que par le fait du hasard, comme on l'a vu avec un lancer sur trente fois la pièce, qu'on pouvait avoir du un tiers, deux tiers, donc est ce que du 0.3 ça passe ? On voit alors se dessiner un intervalle entre une valeur minimale et une valeur maximale, en lien bien évidemment avec le nombre de lancers de ce qui est acceptable ou pas. Le nom de l'intervalle c'est, l'intervalle de fluctuation donné par la formule :[ p 1 n ; p + 1 n ] p c'est la probabilité théorique, dans le cas présent c'est 0.5. n c'est le nombre de tirages donc 50 ce qui me donne l'intervalle 

[ 0,5 1 50 ; 0,5 + 1 50 ] et donc [0.35; 064]. 0.3 n'est pas dans cet intervalle, j'en déduis donc que ma pièce est truquée. J'ai fait dans le rapide car il aurait fallu rajouter quelques bricoles pour être un peu plus rigoureux. Cet intervalle fonctionne à 95%, on a donc une marge d'erreur particulièrement réduite, en gros ça veut dire que si je fais 50 lancers de pièce, il y a 95 chances sur 100 pour obtenir une probabilité d'avoir pile dans l'intervalle [0.35; 064] mais il pourrait tout de même arriver dans 5% des cas qu'un truc incroyable se produise comme le type qui sort 50 fois pile à la chaîne. La fameuse probabilité théorique se doit d'être comprise entre 0.2 et 0.8 au-dessus ou en dessous on se rapproche trop de 0 ou de 1 ce qui ramène à des probabilités étranges.

L'histoire aurait pu s'arrêter là mais comme il faut bien faire du mal aux élèves, on va imaginer un cas qui est différent. On va imaginer qu'on ne connaît pas p, c'est à dire qu'on ne connaît pas la fameuse probabilité théorique, mais qu'on connaît un "tirage". Je vous donne un exemple très concret, on a réalisé un sondage sur 1000 personnes qu'un candidat à la présidentielle obtiendrait 59% des intentions de vote. 59% c'est 59 que divise 100 à pas grand chose, c'est donc une probabilité de 0.59, une probabilité pratique et pas théorique. On ne parle plus alors d'intervalle de fluctuation mais d'intervalle de confiance, la même formule que plus haut sauf qu'à la place de p, j'ai f la fréquence pratique, soit la formule :

[ f 1 n ; f + 1 n ]  [ 0,59 1 1000 ; 0,59 + 1 1000 ] Donc j'obtiens l'intervalle [0.56;0.62]. Cela veut dire que ce sondage, réalisé sur 1000 personnes est fiable à 95% et que théoriquement dans des circonstances pareil notre candidat devrait l'emporter entre 56 et 62% des voix.

La véritable difficulté de cette leçon c'est pour les élèves de faire la distinction entre fréquence pratique et une fréquence théorique. La formule étant globalement la même, ils vont être à même de faire un calcul mais ne seront pas capables d'interprêter le résultat.

Si vous voulez une autre explication, en vidéo, vous avez Yvan Monka qui s'est fendu d'un premier jet sans les calculs, montrant que Youtube peut être autre chose que la poubelle du monde avec des chats qui pètent. 

Comme El Gringo, il est important de trouver le bon échantillon.

 

Le coeur en braille

vendredi 5 mai 2017 à 22:54

C'est l'histoire de la première de la classe qui joue comme une diva du violoncelle, ses parents sont pleins aux as, on pourrait imaginer la belle vie, mais un drame se prépare, elle va devenir aveugle. Son père le méchant Charles Berling veut la déscolariser pour la mettre dans un hôpital, seulement, elle ne pense qu'à son audition de violoncelle qu'elle ne pourrait pas jouer si elle devait partir dans cette lointaine institution. Elle va donc à l'aide du dernier de la classe, qu'elle va pousser scolairement, se débrouiller pour cacher sa cécité, jusqu'à pouvoir passer son audition.

Film réalisé par Michel Boujenah et ce n'est pas étonnant, ça respire la vieille époque. L'époque où tous les scénarios pouvaient se permettre de ressembler à un épisode de Joséphine Ange Gardien. Malheureusement de l'eau a quand même franchement coulé sous les ponts et le cinéma ne peut plus réellement se permettre se genre de films, sauf s'il s'agit bien sûr d'une diffusion pour la télé.