PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Horacio d'Alba

jeudi 18 mai 2017 à 06:43

Dans une province imaginaire d'Italie, on a décidé de résoudre les conflits sans faire tomber le sang ou en tout cas pas celui de tout le monde. Les conflits se règlent en faisant s'affronter deux soldats de deux écoles, celui qui l'emporte en tuant l'autre emporte la décision. On nous met dans l'ambiance puisque Horacio d'Alba notre héros se doit d'affronter et de tuer sa propre femme. Les temps changent, les événements s'entraînent, l'élection d'un nouveau pape, un sénateur qui veut la fermeture des deux écoles pour un retour à la loi qu'on qualifiera de plus conventionnel et tout explose. En trois tomes finis, assez original, bien fait, prenant, à lire.

Demain j'arrête Linux pour mon desktop

mercredi 17 mai 2017 à 08:00

Pas vraiment une provocation mais un simple constat. Je suis utilisateur de Debian / Ubuntu, j'ai besoin de stabilité et je n'irai pas chercher ailleurs même si on m'expliquera qu'une autre distribution Linux pourrait faire cent fois mieux l'affaire, au moins de ce côté là, vous n'arriverez pas à me convaincre, c'est une évidence.

Je suis monté sur stretch parce que j'ai planté ma jessie réputée stable, avec stretch, c'est la course aux paquets qui ne s'installent pas et qu'il faut récupérer à la main ailleurs, ce qui pour ma part n'est pas une garantie de sécurité mais passons, le fait que ma machine ne s'éteigne pas quand je lui demande de s'éteindre vient de particulièrement me gonfler, je suis monté sur Xubuntu 17.04. En 72 heures, la machine a freeze deux fois au point d'en arriver à un reboot physique, je vous montre une capture juste pour rigoler :

ça c'est mon Firefox avec moins de 10 onglets ouverts, ça fait des années que Mozilla n'arrive pas à résoudre le problème de libération de la RAM, et il y a de bonnes chances pour qu'il s'agisse d'un problème propre à Ubuntu puisque je le rencontre moins sous Debian. C'est fou quand même. Sans même tenir compte des décisions, des abandons de Canonical, vous faites tourner aujourd'hui mon ordinateur, une vieille tour de 10 ans sans broncher sous Windows 10, avec le SSD bien sûr, les spécifications de Windows n'ayant pas changé depuis Windows Vista, par contre Ubuntu devient de plus en plus gourmand. Quand je vois qu'on conseille du Xubuntu pour de faibles configurations ça me fait sourire, ça veut dire qu'il faut s'affranchir de ce navigateur et prendre autre chose.

La cyberattaque devrait faire réfléchir tout un chacun quant à sa sécurité informatique, quant à la sécurité informatique, quant au fait d'utiliser Windows XP, demain Windows Vista, de n'être au courant de rien, de ne pas s'intéresser. Ce n'est pas moi qui vous ferai le plan Linux protège de tout, on a eu heartbleed, on aura autre chose. Alors effectivement Windows c'est le mal, ça se fait hacker, ça prend des virus, ça vous prend vos données personnelles, ça fait des tas de choses odieuses qui font qu'on ne devrait certainement pas envisager la solution Windows et pourtant, elle me paraît de plus en plus évidente.

Le sentiment global c'est celui d'abandon et de réorientation globale. Vous m'avez vu expérimenter un peu d'autohébergement ces derniers temps, on m'a proposé dans les commentaires du blog entbox. Je regarde, c'est disponible pour Windows et pour Raspberry, ce n'est pas disponible pour autre chose. Et ça, c'est quelque chose que je constate de plus en plus, l'abandon de l'ordinateur traditionnel, donc quelque part l'abandon de Linux. C'est quelque chose que je comprends et les gars ont raison de le faire, le pi a un matériel qui est parfaitement identifié, à pas grand chose tout le monde parle de la même chose dans le sens où on se doute que les gens à 50 € l'appareil vont avoir tendance à se positionner sur la dernière déclinaison. L'abandon on le sent avec la multiplication des bureaux Linux, les bugs, les guerres de tranchées, les susceptibilités, le manque d'humour. L'abandon on le voit avec nos smartphones propriétaires qui ne font que lever un de nos nombreux paradoxes.

Si je devais essayer d'être clair et synthétique :

C'est le discours que je tiens aujourd'hui, le discours du gars qui se promet de remplacer son Partner parce qu'il en marre d'avoir dans la même semaine changé les joints des injecteurs et fait sa courroie de distribution, pourtant j'ai encore fait 2000 kilomètres depuis sans encombre. Stretch ne va pas tarder à sortir dans sa version définitive, les bugs en moins je l'espère, il n'est pas impossible que tout ceci ne soit qu'un vieux souvenir. Néanmoins je pense que ce je décris là n'est pas totalement éloigné de la réalité, d'une réalité, celle d'un gars vieillissant qui n'a plus la passion d'aller mettre les mains dedans pour faire fonctionner des choses qui sont évidentes et qui a de plus en plus la sensation qu'alors on devrait aller vers du simple, tout devient de plus en plus complexe.

Toujours sous Windows XP ? Vous êtes une menace pour la société

mardi 16 mai 2017 à 20:23

L'article est un peu raide à plusieurs niveaux d'ailleurs, traiter d'inconscients les gens qui ne veulent pas changer de système d'exploitation, je trouve que ça se discute. En gros ça veut dire que tu te soumets à la démarche commerciale en changeant régulièrement d'appareil ou tu joues ton rebelle en passant à Linux. Dans un cas comme dans l'autre on se soumet à la marche du progrès parce qu'un Linux qui ne sera pas mis à jour va poser des problèmes, et comme on le voit avec l'abandon du 32bits, on va mettre des PC qui peuvent donner encore satisfaction à leurs utilisateurs à la benne car ils sont en fait aussi dangereux que des Windows XP. Marche ou crève, que ce soit chez le propriétaire ou chez le libre, c'est un peu le même combat.

source

Primaire

mardi 16 mai 2017 à 17:42

Sara Forestier est maîtresse d'école, en fait elle est plus qu'une maîtresse d'école, elle est la caricature de la maîtresse d'école qui veut sauver le monde. Elle est divorcée, elle a un logement de fonction dans l'école, elle vit seule avec son fils qui est dans sa classe et avec qui ça se passe très mal. Parmi toutes les choses qui se passent mal, son fils qui veut partir avec son père dans une île par exemple, un gosse qui est abandonné par sa mère, une petite qui ne sait pas lire, une jeune de l'IUFM qu'on lui a collé dans les pieds, UNE INSPECTION, un spectacle d'école, il y a encore pire, elle est au milieu de caricatures d'enseignants qui sont tous aussi tordus les uns que les autres, du comique de service au désabusé. A y réfléchir ce film n'est pas loin d'une grosse caricature, même si on sent qu'il est à grosses doses d'extraits de réalité mais ce n'est pas suffisant, ce n'est jamais suffisant. Le problème de notre métier c'est que pour le comprendre, il faut le vivre, et que tout film qui voudrait s'essayer à représenter ce que peut être notre réalité, se contenterait seulement de la caricature ou d'un simple reflet tant nos journées sont composée de cinquante millions de nuances de couleurs. Ici de plus, les ficelles sont un peu trop grosses, ce qui fait que le film passe d'autant plus mal quand on est de la partie.

Openmediavault en serveur Web, ça se fait

mardi 16 mai 2017 à 08:00

Bon je vous rappelle le besoin. Je suis dans une salle de classe, ça peut m'arriver, et j'aimerai que les élèves travaillent sur une vidéo, sur un espace collaboratif ou sur n'importe quoi depuis leur téléphone portable ou un autre appareil avant que Macron ne fasse tout sauter. Alors bien sûr vous allez me dire, tu sais Cyrille, tu prends le problème à l'envers, tu cales tout sur le net, tu te débrouilles pour faire un partage de connexion et en voiture Simone. D'une part, je trouve qu'il n'est pas inintéressant de se mettre dans une situation fermée sans avoir la tentation d'aller chercher de partout, genre sur facebook, même si le gosse avec son téléphone a effectivement la possibilité de faire autre chose que ce que je lui demande, d'autre part nous avons une ligne internet qui est dégueulasse et si tout le monde a la même idée que moi, on se retrouve avec l'internet du lycée à genou, parfois il n'a pas besoin de nous d'ailleurs, il suffit que Windows 10 se mette à jour pour que ça se produise. La situation d'indépendance par rapport à un service quelconque, c'est aussi la garantie d'éviter de se retrouver en carafe avec le site internet qui est down à ce moment là, le fait d'être en réseau local permet d'augmenter la vitesse.

Malheureusement nous avons conscience que monter sa piratebox ne peut pas se faire en un clic car plus ou moins tout le monde a laissé tomber les projets ou à pas grand chose, nous savons qu'à l'heure où j'écris ces lignes les distributions qui voudraient faciliter l'autohébergement c'est pas gagné, et enfin, on sait qu'à bientôt 42 ans on est trop vieux pour ça, on rêve de voiture autonome, de voyages organisés, de loto le dimanche, on ne veut pas mettre les mains dedans ou disons qu'on veut mettre les mains juste ce qu'il faut. Au niveau de Openmediavault, dans les plugins à rajouter, faites attention il faut rajouter le plugin openmediavault-websites qui a l'air d'installer le plugin openmediavault-nginx, avec seulement le plugin openmediavault-nginx ça n'a pas fonctionné.

La configuration après est assez simple, je vais traduire en apache car je ne connais pas nginx. On définit le pool c'est à dire ce qui est équivalent au php.ini, avec notamment les tailles d'upload de fichiers, qui correspond à la question préférée de Bozon, pourquoi on peut pas uploader plus de 8 Mo ? Oui pourquoi ? Après, il ne reste qu'à définir les différents "serveurs", je me suis contenté de faire un répertoire dans lequel j'ai jeté un pluxml, c'est passé, une erreur sur une librairie mais comme c'est Debian, ça peut s'installer, par contre de façon systématique il faut faire du chmod 777 sur les répertoires pour que ça passe.

A l'heure actuelle Openmediavault est certainement ce qui se rapproche le plus de mon idéal d'autohébergement, je suis actuellement en version 2 et des brouettes, la version 3 arrive bientôt.