PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

L'île des morts

samedi 3 juin 2017 à 17:10

C'est l'histoire d'un peintre un peu débauché, beaucoup fauché qui n'arrive plus à payer son loyer, mais ça ne pose pas de problème à son propriétaire qui se fait payer en toiles. Une générosité qui paraît quand même un peu intéressée et c'est le cas, le propriétaire veut faire de lui son héritier ou quelque chose de ce genre, il lui demande de réussir là où il a échoué et de percer le secret de l'île des morts. L'île des morts c'est un tableau, qui existe pour de vrai d'ailleurs, et qui serait une île qui serait avant la mort, une île qu'il faut traverser. Les deux premiers tomes sont vraiment passionnants et puis c'est le drame. Le dessin de Guillaume Sorel devient de plus en plus beau, mais ne parvient jamais à compenser l'histoire de Thomas Mosdi qui devient de plus en plus complexe, bizarre, malsaine, qui multiplie les pistes et les personnages au point de rendre la bédé particulièrement désagréable à lire. Dommage, c'était réellement inspiré, prenant, tant pis.

Parce que vendredi c'est quand même vendredi

samedi 3 juin 2017 à 14:30

Nous retrouvons donc notre héros vendredi après une semaine de nuits sans sommeil, à la croisée des chemins des nuits où on finit à minuit à faire la saisie dans l'application Cyclades et où vomito se lève à n'importe quelle heure de la nuit pour aller aux toilettes. Une petite synthèse de la France informatisée, cette France qui fait rêver :

Le prochain inspecteur qui vient m'expliquer que l'informatique c'est le bonheur, je lui rappellerai cet épisode en lui expliquant qu'on n'a pas fini d'être dans les années 80 tant qu'à partir d'un identifiant élève on n'aura pas l'intégralité de ses données personnelles. Le nombre de fois où j'ai pu remettre l'adresse d'un même gosse, c'est à vomir. Cela dit ce qui est vrai pour l'éducation nationale est vrai pour tous les services, on donne et redonne en permanence des informations qu'on a déjà données des centaines de fois, à croire que la NSA, les services secrets et les GAFAM ne font pas assez bien leur travail.

J'arrive donc en ce vendredi où le partner de 2007 qui est la première voiture autonome de France me dépose devant le lycée, je ne sais pas trop comment. J'ai quatre heures d'évaluation à faire, le dernier contrôle de l'année en informatique avec les élèves de troisième, sur la notion de "sécurité en informatique". J'ai fait du classique qui va de la fausse information à l'arnaque en passant par le droit à l'image. Les résultats sont corrects, ce qui est sûr c'est que d'un point de vue théorique ça a l'air pas mal maîtrisé, d'un point de vue pratique, ils font l'inverse. Entre midi et treize heures trente, attraper un sandwich à l'arrache pour faire les compétences d'une petite qui n'est plus scolarisée chez nous, mais qui est tout de même inscrite sur nos listes, nous sommes donc responsables. Découvrir avec surprise que le tableau des compétences de troisième a été écrasé par le tableau des quatrièmes, avec mes collègues qui me font : oups. Il y a beaucoup à dire sur Office365, dernièrement on évoque les problèmes de latence pour les entreprises, mais dans un milieu prof où c'est quand même n'importe quoi, pouvoir remonter à la version du document qui va bien, c'est vraiment salvateur. Après midi, réussir à faire travailler des élèves de troisième pour le DNB avec des sujets de maths relève des travaux d'Hercules, on y arrive. Les fins d'années deviennent de plus en plus difficiles et pour cause les élèves pensent que les vacances démarrent au 31 mai. Ma fille en sixième m'explique qu'alors que nous ne sommes que de façon théorique à plus d'un mois de la sortie, que cette semaine elle n'a aucun cours les après midi. Les enseignants sont en formation, en réunion, on fait péter plus d'un mois de l'année et on cherche à faire travailler plus les enfants, quand on ne sait plus terminer une année complète. Une aberration parmi tant d'autres.

Ma récréation commence à ma dernière heure, j'envoie le boulet au tableau, il présente son programme à ses camarades et me montre que son pythagore ne passe pas dans la boucle non. L'attitude de la classe a totalement changé. Un lecteur s'inquiétait pour mon état de fatigue parce que j'avais gueulé, mais en fait la stratégie a porté ses fruits. L'élève est au tableau, les camarades l'écoutent, ils échangent. Je trouve son bug il avait marqué non avec un espace supplémentaire, ça ne passait pas. On est passé d'une classe où chacun faisait n'importe quoi devant son écran à une classe qui échange, qui essaie, qui propose, c'est vraiment très positif. Nous finissons l'heure avec la construction du triangle et un problème assez simple que les gamins n'ont pas vu. Le chat est tellement gros que pour des triangles de petites dimensions ça ne passe pas, c'est l'occasion de leur montrer comment diminuer la taille du lutin.

Nous sommes samedi après-midi au moment où j'écris ces lignes, je suis sur les rotules. Ce matin, mon architecte dit Molière le roi de la saignée, est venu mettre un produit miraculeux pour régler des problèmes de ferraille qui fait sauter les crépis à cause de la rouille, je viens enfin de me poser après le repas. J'ai mis un BoZon à Molière, il avait l'air content, et il a trouvé ça simple, c'est bien d'avoir des testeurs âgés de plus de 50 ans, ça fait un nouveau stress test pour le logiciel.

Je pense que je vais faire ma sieste en bavant, la prochaine étape de mon périple sera lundi où je vais ramasser les notes de mes collègues et faire enfin les notes qui partent dans les fiches d'affectation. La fermeture du serveur est le 16, j'ai de la marge, quand on voit que le gouvernement Macron a l'air bien parti pour tout faire sauter, j'en trépigne d'impatience de savoir qu'on va remettre ça l'an prochain.

Saint-Pierre la mer : qu'est-ce qui tue les chats par dizaines ?

vendredi 2 juin 2017 à 21:07

Saint-Pierre la mer c'est le royaume des chats, c'est quelque chose qui ne m'a jamais problème, en gardant dans un coin de la tête que je pourrai devenir un youtubeur célèbre à n'importe quel moment en filmant des chats. C'est toujours un spectacle curieux, de partir le matin et de voir une haie d'honneur de chats pour me saluer, par dizaine. Et ce n'est pas une exagération, car on vient de retrouver plus de 50 cadavres de chats, y a de la marge, aujourd'hui, il y en avait plein. Il faut savoir deux choses. La première c'est que je n'ai jamais eu un problème de souris à Saint Pierre, une fois, et j'ai réussi à la virer avec ma tablette et l'application des ultrasons. La seconde, c'est que la dame en photo c'est une de mes rares voisines à l'année, c'est dans mon quartier donc qu'on aurait un tueur de chats.

Je vais donc mener l'enquête et déployer des moyens technologiques que l'assassin n'imagine même pas, organiser une surveillance de quartier et certainement plus encore. En tout cas ce qui est sûr c'est que ce n'est pas un jeune, du canabis pour tuer des chats, c'est un sacrilège pour les adolescents.

source

La 9ème vie de Louis Drax

vendredi 2 juin 2017 à 18:52

Pas forcément facile de faire le pitch sans trop spoiler mais on va essayer quand même. Neuf vies comme les chats, parce que le petit Louis Drax en fait une sacré consommation, et il nous raconte sa dernière, celle où il tombe depuis une falaise. Il faut dire que les accidents sont réguliers chez lui, le lustre qui lui tombe sur le berceau ou l'électrocution, il lui en est arrivé des choses. Et alors que la narration est infantile, on se rend compte que le film est un policier un peu fantastique. En effet, le père est suspecté d'avoir jeté son gosse par la falaise, pendant que le docteur fait des cauchemars et se voit possédé par le gosse dans le coma. Une narration assez originale, pour un film quand même assez classique qui se laisse voir.

Le fondateur

vendredi 2 juin 2017 à 17:36

L'histoire de Mac Donald, une histoire qui mérite vraiment d'être connue, c'est intéressant et c'est moche à la fois. Notre histoire démarre par deux frères, les frères Mac Donald qui vont avoir l'idée du concept de restaurant révolutionnaire quant à l'époque la restauration rapide n'était composée que de drive avec des filles en patins à roulettes. Alors que les deux frères étaient joyeux dans leur affaire, ils vont croiser Michael Keaton, alias Batman, alias Julien Lepers, un commercial raté qui tombe sous le charme du concept et qui veut à tout prix le développer avec des franchisés. L'histoire est passionnante, on découvre que le "fondateur" de Mac Donald c'est surtout un homme d'affaire, si l'histoire colle vraiment à la réalité c'est pas joli joli. Très bon film, à voir.