PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Ou faudra pas chercher bien loin si les ENT se font marave par les GAFAM

lundi 5 juin 2017 à 10:00

Je suis donc aujourd'hui face au tableau le plus grand du monde pour faire la saisie des moyennes de mes élèves, le but étant de transformer les moyennes de chaque trimestre en 3 - 8 - 13 - 16. C'est d'ailleurs amusant ce nivellement, parce que ça veut dire que les enfants à travers les combinaisons qui sont proposées vont avoir en gros les mêmes notes mais c'est une autre histoire. Pour obtenir mes notes, j'ai besoin de faire une extraction des notes depuis mon ENT qui propose un PDF inexploitable, un CSV le plus dégueulasse du monde et un très joli tableur, je vous montre.

J'ai besoin de faire un copier coller pour le mettre dans le tableau du haut, et ben je peux pas le faire, car il faut que je fasse sauter les colonnes supplémentaires qui sont derrières, qui ne servent à rien, mais qui quand je fais copier coller dans un tableau qui n'a que trois colonnes, il l'étale sur huit ... Un exemple parmi tant d'autres du manque de bon sens des ENT qui n'a même pas compris ce que représentait un tableur. Si le prof veut imprimer le PDF, il lui suffit d'imprimer, si peut être il a besoin d'un tableur c'est qu'on veut l'exploiter, alors effectivement autant le rendre inexploitable.

L'ascension

lundi 5 juin 2017 à 09:17

Ahmed Sylla fait partie de cette nouvelle vague de comiques, stand up, tout ça, le garçon est assez drôle et c'est étonnant de voir que directement il tient le premier rôle dans un film. On pourrait regretter à la base le scénario caricatural de base du gars de banlieue noir qui va escalader l'Everest et bien sûr y arriver, on pourrait regretter la caricature omniprésente dans ce film et pourtant on est saisi par le film qui est le truc le plus sympa que j'ai eu l'occasion de voir depuis quelques temps. Les images sont magnifiques, on est à des années lumières de l'agressivité qui fait parfois l'image et la fierté des banlieues, c'est juste l'histoire d'un gars amoureux qui va vraiment gravir l'Everest pour donner une preuve et c'est beau.

L'exemple

lundi 5 juin 2017 à 08:00

Je ne savais pas trop quoi prendre comme titre, j'hésitais avec "pourquoi Linux ne sortira jamais du trou qu'il se creuse tout seul chaque jour", "la différence entre Linux et Windows enfin expliquée" ou le plus lapidaire mais tout aussi efficace "Linux c'est de la merde". Avant de commencer, je voudrais juste dire que KDE est l'exemplarité de ce qu'on peut faire d'un point de vue qualitatif en terme de bureau. En fait c'est pas compliqué, c'est comme si on prenait un Windows 7 ou un Xfce et qu'on avait vraiment fait quelque chose de propre et de moderne, de fonctionnel. Le sens du détail est frappant, dolphin par exemple qui permet à l'instar de Thunar de renommer les fichiers en masse, la visionneuse qui permet de faire du crop ou encore le logiciel de capture d'écran, c'est vraiment génial.

Malheureusement, on finit toujours par se retrouver dans la situation de celui qui cherche des heures pour un détail. Comme c'est devenu la mode depuis la logithèque Ubuntu, on propose désormais des stores complets, comme c'est le cas ici :

Malheureusement quand on est amené à compiler régulièrement on sait que c'est limitant. Admettons quand bien même que je relève de l'individu normal et que je me contente de vouloir installer Libreoffice. J'ouvre d'ailleurs une parenthèse, la distribution, j'ai installé KDE Neon, peut être à tort, on verra ce qu'en pensent les experts en KDE, a le bon goût de n'installer que très peu de logiciels de base, en gros vous avez Firefox, de simples logiciels comme le lecteur PDF mais vous n'avez pas la totale, on laisse le libre choix à l'utilisateur ce qui évite de faire le grand ménage à l'installation. J'installe donc Libreoffice et je me retrouve en anglais. C'est mal foutu, j'ai la langue de mon système en français, quand on voit le niveau de finition, c'est une faute professionnelle. Je vais dans les paramètres régionaux, je ne vois rien, je suis à la recherche de l'équivalent de synaptic, à l'époque c'était ksynaptic, ça s'appelle désormais muon, l'apparence n'est pas choquante et la recherche est assez rapide.

Si dans muon vous faites une "faute" c'est à dire que vous arrivez à un écran blanc parce qu'il n'a pas trouvé votre paquet, l'application est plantée et ne peut revenir en arrière, on reste sur l'écran blanc. Il faut quitter l'application et relancer le logiciel pour que ça refonctionne, sauf si bien sûr on fait une nouvelle erreur ................... Un programme dont le rôle est de chercher des paquets et qui plante sur la recherche, c'est une véritable honte. Sachez que le problème n'est pas Bornien, de très nombreux messages vont dans ce sens et ce depuis des années. Alors forcément on se lance dans l'installation de synaptic, synaptic c'est l'ami fidèle de toujours et :

Comme on peut le voir, les icônes sont cassées parce que l'intégration de GTK dans KDE faut pas abuser non plus. On perd donc un peu plus de temps à chercher pour faire une intégration propre et faire apparaître les icones. Seulement la faute à pas de chance, j'ai tenté des tas de solutions sans y arriver, j'ai laissé tombé. D'une part, je ne suis pas le nez fourré dans synaptic, d'autre part ce n'est pas bloquant, enfin la ligne de commande est mon amie. Je vais quand même par acquis de conscience virtualiser pour voir si ça passe ou pas dans une debian.

Dire que Linux c'est de la merde, c'est facile, c'est réducteur, néanmoins dire que Linux c'est la merde, c'est réaliste. Je suis en train d'installer les quelques bricoles exotiques que j'ai à mettre, et je suis déjà dans les écueils quand il suffit sous Windows de quelques clics. Mais que ne ferait-on pas pour être aux premières loges de la fin d'un monde.

Des liens vers mon muon est cassé :

Retour à Linux d'ici à la fin du mois du juin, donc comme dirait Arnaud, ce sera certainement fait quand vous lirez ces lignes

dimanche 4 juin 2017 à 08:00

Cela n'étonnera personne, je vais faire mon retour à Linux d'ici la fin du mois. Il est par contre possible que ce ne soit pas une Debian Stretch mais une distribution qui propose des mises à jour de façon plus régulière sans être une rolling release. Je m'en explique en quelques écrans.

Je lis vos commentaires. Ce n'est pas parce que je ne réponds pas tout le temps que je ne les lis pas, bien au contraire, ils peuvent être la source d'une inspiration, d'une découverte, de ce qu'on veut. Dans les commentaires on m'a signifié que KDE c'était franchement bien. KDE pour moi c'est un drame du passage de la version 3.5 à la version 4, une incompréhension, une arnaque. Moi je suis un peu simple, on me dit 4.0, j'entends version stable, la version 4 a été une horreur alors que j'étais utilisateur du système en playmobill à l'époque. C'est d'ailleurs comme ça que je suis arrivé à Gnome 2 pour me moquer de Xfce le Gnome castré pour finir sur ce même Xfce suite au passage à Gnome 3, on se rend compte que les changements ont été réalisés brutalement, on a mis des gens dehors et c'est bien légitime qu'aujourd'hui on se retrouve avec autant de bureaux différents, des réponses à cette violence. J'ai vritualisé, je suis étonné de la qualité d'intégration, de la finition du système, jusqu'au système de mise à jour intégré, j'ai donc envie d'essayer KDE.

Le problème qui ne se posait pas avec Xfce, une version tous les 12 ans, va se poser avec KDE, une nouveauté tous les trois jours. Dès lors Debian, ne va certainement pas le faire, il faut donc que je trouve une distribution suffisamment suivie à base de deb et régulièrement mise à jour, les humoristes ont le droit de me proposer Mageia ou Opensuse, cela dit ce n'est peut être pas si drôle, KDE a toujours penché du côté des distributions en RPM. Je pense par contre que si l'expérience n'est pas satisfaisante, je me forcerai à regarder du côté de Gnome et ne rester en fait que sur les deux grands environnements de bureaux. Si Frédéric passe par là et qu'il cherche un billet de blog à faire, je veux bien qu'il fasse un tour d'horizon entre les différences entre KDE Neon qui semble la distribution officielle basée sur Ubuntu, Kubuntu qui porte son nom et savoir ce qui vaut vraiment le coup, au classement distrowatch par exemple, la Neon marave la Kubuntu. Comme cela fait peut être 8 ans que je n'ai pas regardé du KDE, je dois dire que j'ai un peu de mal à savoir où j'en suis.

Si retour à Linux c'est que forcément il y a quelque chose qui ne va pas dans Windows, CQFD ou presque. Windows 10 est un excellent système d'exploitation qui ne pose aucun problème particulier et j'ai vu qu'aujourd'hui je pouvais pleinement me passer du bureau Linux sans manque. L'expérience est intéressante d'ailleurs et me conforte dans le choix de mes logiciels, il n'y a que quelques "petits" logiciels que je ne trouve pas chez l'un ou chez l'autre, je suis totalement multiplateforme. Je reste d'ailleurs persuadé que le bureau Linux va y passer mais j'aime bien avoir l'idée de me retrouver aux premières loges pour la fin du monde. La sensation en plus d'en être, de faire partie du troupeau des rageux me permet de me la péter comme mes copains, de jouer la carte de la différence, alors en plus sous KDE, et si j'aime ça, il y a de fortes chances que je revienne à la mode comme la personne qu'il faut absolument détester.

Il y a quelques "gênes" dans Windows 10

Je ne vous ferai pas l'outrage de parler de la protection des données, surtout à toi qui possède ton smartphone avec un compte Google, ton compte Facebook, ta chaîne Youtube, pas de ça entre nous, l'hypocrisie c'est pour les autres, nous on se regarde droit dans les yeux en sachant qu'on a les mains sales, pleines de propriétaire et que nous avons fait les compromis qu'on voulait bien faire.

Je pensais qu'avec la synchronisation Onedrive j'allais faire mes sauvegardes mieux et plus souvent, ce n'est pas le cas. J'ai une trop grosse culture du manuel, certainement en lien avec mon âge pour le backup automatique. Moralité alors que je pourrai synchroniser l'intégralité de ce que je fais avec Onedrive, je ne l'ai pas fait en deux semaines de Windows. Je pensais que j'allais utiliser Courrier / Calendrier de Windows, je continue d'utiliser Thunderbird qui se synchronise parfaitement avec mon Office365. J'ai aussi tendance à utiliser énormément office365 en ligne, et que je le fasse sous Linux ou Windows ne change absolument rien. Je pensais que j'allais jouer, pas le temps et la PS4 est largement suffisante pour mes besoins.

Je rajoute à ça que je suis en train de lorgner de plus en plus vers un nouveau téléphone, mais comme je n'ai pas le temps, je n'ai pas acheté. Ce téléphone sera Android, à regret mais bon, il va bien falloir trois ans à Microsoft pour réussir à pondre quelque chose entre son ARM et le reste. A 90 € en direct de la Chine on a désormais du téléphone octocore à 32 Go de stockage, 8 Go de RAM et des capteurs photos à 13 Mo pixels chez Xiaomi.

Pour compléter le sujet, j'ai vu qu'il y avait pas mal de gens en ce moment qui se détournaient du système, les raisons sont aussi diverses que variées mais il y a tout de même un point assez récurrent, la communauté. Il est certain qu'on trouve une sacrée panoplie d'abrutis sur le web, les libristes sont certainement dans la catégorie supérieure de la bêtise, on a de vrais champions. Néanmoins il ne faut pas oublier deux choses : c'est oublier tous les gens formidables et ils sont légions chez les utilisateurs de logiciels libres, oublier qu'on a le pouvoir d'agir. Les commentaires sont modérés sur le blog, je laisse quasiment tout passer, et pour cause, malgré les désaccords on arrive à échanger dans la courtoisie. C'est propre à ma personne, quand quelqu'un ne m'aime pas, il a tendance à externaliser la discussion de façon à ce que je n'y sois pas, c'est à dire globalement partout ailleurs sauf ici.

Il faut arrêter de jouer les victimes et gérer, les espaces comme le mien ou comme ceux de mes acolytes blogueurs sont en diminution, il ne restera désormais que les grandes places publiques où les débiles seront noyés dans la masse. Si chacun de nous gère ses commentaires, ses réactions, celles des autres, ils n'auront que les poubelles du web pour se retrouver, poubelles qui d'ailleurs commencent à mettre en place des règles de modération. La haine ne disparaîtra pas de l'internet, elle est dans la nature humaine, néanmoins c'est apporter sa pierre à l'édifice que de la faire reculer dans les espaces qu'on contrôle.

On commence à se faire du souci sur les GAFAM

samedi 3 juin 2017 à 18:23

Il y a ici en fait plusieurs enjeux qui ne concernent pas les mêmes personnes.

source 1

source 2