PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Légendes des contrées oubliées

dimanche 18 juin 2017 à 07:30

Trois nains partent à la recherche de leur roi, le leur vient de mourir et curieusement celui de rechange se trouve dans le nord, une terre hostile et inconnue. On se doute qu'au bout des trois tomes on comprendra pourquoi le roi n'était pas dans son royaume. Des nains en territoire inconnu, pas simple, ils vont donc embaucher un guide qui dans une partie de jeu de rôle correspondrait au voleur, un personnage uniquement intéressé par la fortune des nains et un barbare fou furieux armé de sa grande épée et un peu décérébré. Leur aventure n'intéresse pas que les voleurs, elle intéresse surtout Siin une divinité particulièrement aigrie qui pense que les nains sans le savoir pourrait posséder un trésor qui lui appartient et qu'il convoite depuis plusieurs siècles. A l'époque, cette série est sortie en même temps que les chroniques de la lune noire, j'aurai envie de dire que c'était l'âge d'or pour la fantasy dans la bande dessinée franco belge et c'est indiscutablement une série qui aura marqué les esprits et qui plus de 30 ans après n'a pas pris une ride. Tout n'est pas parfait par contre, certaines planches sont parfois difficiles à comprendre dans le dessin, on ne sait pas trop ce que ça représente, l'histoire quant à elle est globalement irréprochable et fait la performance de créer l'immersion en à peine trois tomes quand les chroniques de la lune noire en est à son épisode 18 que l'on lit sans passion.

Cellule poison

samedi 17 juin 2017 à 06:59

Bande dessinée en cinq tomes finie, écrite et scénarisée par Astier, ça se voit, Astier c'est un gars à la couleur franchement particulière à la limite du monochrome, ça rappelle un peu les bandes dessinées de la fin des années 70, début 80 où c'était une pratique courante. C'est certainement à ça qu'on reconnaît un style, la différence et on reconnaît Astier. C'est l'histoire d'une jeune femme, surdouée de l'école de police qui est recrutée par une section spéciale, la cellule poison dont le but est de démanteler les réseaux de prostitution issus de l'Europe de l'Est. La bande dessinée se veut réaliste, dure, elle est d'ailleurs notée interdite aux moins de 12 ans, force est de reconnaître que c'est très sombre, les conditions décrites pour les filles sont affreuses, c'est une bande dessinée difficile, je n'ai pas accroché : les réseaux, la drogue, la maltraitance, la Serbie, rien n'est épargné au lecteur. De l'autre côté on a des passages qui sont surréalistes comme la cellule qui monte sa propre maison close avec les filles qu'elle rachète pour financer les activités de la cellule. Un ensemble pesant, pas très réaliste d'un côté, qui veut l'être de l'autre, pas terrible.

Le premier chat de Saint-Pierre autopsié ou le principe de la rumeur

samedi 17 juin 2017 à 06:43

200 chats tués selon les manifestants, en fait 50 selon la mairie. A priori c'est un virus qui aurait tué le chat. Le nombre de 200 chats était quand même assez étonnant sachant qu'en fait c'est dans mon quartier, 200 chats ça ferait quand même beaucoup. En partant le matin, j'avais ma haie d'honneur, une bonne dizaine de chats, 200 je pense que ça aurait été quand même largement plus visible. La notion de lynchage est quand même à minorer, comme je l'ai déjà écrit avec moins de 1500 pèlerins qui vivent à l'année, on ne peut pas parler d'ambiance, les habitations sont vides, nous sommes trop distants les uns des autres et sans relation pour que des voisins se méfient des uns et des autres. L'ennemi c'est sans ambiguïté le touriste, un ennemi indispensable car il vient lâcher ses euros mais un ennemi bien pénible comme les deux fêtes jusqu'à deux heures du matin qui ont dû faire fuir le peu de chats qu'il restait.

source

Le dernier vendredi, billet à épisodes

vendredi 16 juin 2017 à 08:00

Où Cyrille BORNE le jour d'avant écrit le billet du jour d'après avec l'incertitude de celui qui se dit que tout peut arriver désormais.

Comme vous le savez, les fins d'années scolaires sont toujours synonymes d'apocalypse. Chez moi c'est encore plus fort car je suis Cyrille BORNE et je suis votre petit moment de réconfort. Lire mes histoires, c'est une bouffée d'oxygène, c'est l'occasion pour vous d'aller bosser avec une pensée pour celui qui sue pour vous, cet espèce de paratonnerre à problèmes, celui qui aura la poisse à votre place. Ce billet a été commencé jeudi soir, vous le lirez quand je serai en train de me mettre en place pour me farcir sept heures d'oraux d'examens de troisième, j'écrirai certainement la suite samedi matin parce que je serai en train de pleurer en position foetale vendredi soir.

En ce moment chaque journée est digne de la quatrième dimension, de la petite qui se prend les ciseaux dans le front, des gamins complètement fous à cause de la chaleur, des nerfs, c'est la fin d'année. Je vais boucler la partie administrative avec pour la première fois en tant que prof principal, des parents qui font les morts pour l'orientation de leur enfant. Même dans mon précédent établissement, avec des délinquants, des familles atypiques, on avait toujours une fiche d'orientation, même si l'orientation c'était d'aller faire du cuivre avec le père. On appelle, on envoie des courriers, ils ne répondent pas, c'est complètement fou. Le problème, c'est que dans ce monde procédurier, on peut très bien se retrouver à la rentrée avec une famille qui va se plaindre au rectorat que nous n'avons pas fait le travail. J'ai donc contacté le rectorat, et j'ai réussi à obtenir une réponse au bout d'une semaine après plusieurs personnes qui étaient super étonnées, comme si j'étais le premier à qui ça arrivait. Je crois qu'en fait, je suis le seul qui se préoccupe que les choses soient bien faites, je pense que si les parents n'ont pas donné la fiche, et bien leurs professeurs se disent que c'est la responsabilité de leurs parents, c'est une évidence, mais il faut se dédouaner. Je dois donc envoyer ma liste d'élèves, ils ne sont plus que deux.

J'avance, je suis sollicité par les élèves de toute part pour l'oral de demain, enfin d'aujourd'hui au moment où vous lisez ces lignes. Ils me demandent d'imprimer, de télécharger des vidéos, de les faire réciter, je crois que sans aucun doute, je suis leur maman chauve. Une qui vient de m'envoyer un SMS pour me demander si 6 minutes ce n'est pas trop long, une autre qui me demande d'imprimer son document à 20h00 passés, c'est pas grave, je n'ai jamais fait ce métier pour l'argent, je l'ai fait un peu par hasard, aujourd'hui je sais que je le fais pour eux.

Nous sommes vers 15h00, ma secrétaire me dit qu'elle n'a plus les raccourcis vers notre logiciel de gestion élèves, elle me dit qu'il y a des fichiers avec des noms bizarres qui sont apparus, je me mets à son bureau et je vois ça.

Et ça public, si tu as un peu l'oeil tu sais exactement ce que c'est, c'est tout simplement un ransomware de type wanacry qu'on vient de se prendre en plein dans la face à 13h07 exactement quand j'étais en conseil de classe. Je commence à me dépêcher de couper les machines virtuelles, de trouver les machines incriminées, de faire couper tous les postes Windows, mes collègues qui ne perdent pas leur sens de l'humour me félicitent d'avoir mis des tonnes d'ordinateurs sous Linux qui ne sont pas incriminés. J'ai souvent considéré que ma vie était une mise à l'épreuve, là franchement je me dis que c'est un signe du Dieu Linux. Le Dieu Linux m'envoie un message fort, et me rappelle à l'ordre au cas où j'aurai des errements Windowsiens. Pas totalement puni, puisque le prestataire de service va faire le nécessaire pour faire la restauration, c'est du Cry36 ce qui signifie que les fichiers sont perdus, il n'y a pas de clé de décryptage pour l'instant. Oui Dieu Linux, j'ai entendu ton message et je te suivrai jusqu'à ce que le bureau Linux se fasse complètement marave. Sachez que je n'ai jamais eu autant de questions à propos du bureau Linux dans une seule journée.

Demain, enfin aujourd'hui, je dois faire passer une bonne vingtaine de gamins ou plus, et je dois résoudre le crime, qui à 13h07 a fait un truc qui a réussi à me faire péter deux machines virtuelles, un suspense qui attendra donc demain soir ou samedi matin, en attendant n'hésitez pas à placer des Windows c'est le mal, des ne t'éloigne pas du chemin des Linuxiens ou toutes les foutaises de trolleurs que vous pourrez balancer. Aujourd'hui demain c'est mon dernier vendredi de l'année face à des élèves, je veux qu'il soit beau, je veux qu'il soit digne, je veux que ce soit le plus grand des vendredi.

Cachez cet OS que je ne saurais entretenir

jeudi 15 juin 2017 à 08:00

Le virus Wannacrypt aura finalement posé un problème qui n'était pas forcément prévu par Microsoft, l'entretien forcé de ses vieux systèmes d'exploitation abandonnés. La faute à pas de chance d'ailleurs, c'est pas faute d'avoir averti, c'est pas faute d'avoir une procédure logique d'ailleurs, le système d'exploitation est arrivé en bout de course, il faut le changer, les gens ne l'ont pas fait, est ce que c'est vraiment la responsabilité de Microsoft ? Il y a quelques décennies, on pouvait rouler avec des voitures qui n'avaient pas de ceinture de sécurité à l'arrière. Aujourd'hui on ne fabrique plus ce type de voiture. Si un gars roule avec une 104 qui n'a pas de ceinture et que ses passagers à l'arrière se tuent, est ce que Peugeot est responsable ?

De façon théorique, logique, objective, Microsoft n'est pas responsable. Malheureusement l'opinion publique c'est autre chose, l'ordinateur est contaminé, il faut un coupable, pas de remise en cause, c'est donc Microsoft qui est coupable. Par le fait Microsoft est dans la merde. Je crois qu'on ne peut tourner la chose que dans ce sens là, tant que les gens n'auront pas achevé physiquement leur machine. Et si pour Windows XP ça devrait arriver avec des machines qui ont plus d'une dizaine d'années, Vista, Windows 7, Windows 8.1 font partie de l'écosystème informatique et peut être demain Windows 10. Le problème est simple, tant qu'il y aura des machines où l'on n'aura pas la main sur l'OS, Microsoft sera responsable de ses OS.

Éliminer l'OS ou le déplacer c'est la solution, et si on ne peut pas l'éliminer il suffirait d'être le maître du hardware. 360 € par an pour ne plus s'occuper de rien, est ce que c'est cher ? Pour moi c'est une certitude, mais pour un gamer qui veut le maximum, c'est le prix d'une carte graphique. Une configuration de jeux c'est aujourd'hui 1000 €, soit en gros un peu moins de 3 ans en sous délocalisés, 3 ans pour une machine de jeux vidéos ça peut sembler cher, peut être pas tant que ça. On est à l'heure actuelle aux balbutiements, dans le sens où ça touche le créneau des gamers et ça ne touchera pas quelqu'un comme moi qui va considérer que c'est trop cher. Avec le déploiement de la fibre, avec les problèmes hardware, les problèmes de contrôle de façon générale, il est fort à parier que tous les acteurs du marché informatique feront le nécessaire pour que nous ne soyons ramenés qu'à de simples terminaux de connexion vers des solutions externalisées qui se mettront toutes seules à jour, comme la PS4 d'ailleurs qui se vend très bien. C'est d'ailleurs la solution qui est utilisée dans mon lycée, une centaine de machine qui se connecte à un serveur, effectivement il est dans nos murs mais le principe est exactement le même.

L'informatique d'aujourd'hui n'en n'a plus pour longtemps et avec sa disparition, la perte de contrôle que nous avons aujourd'hui, celle qui permet par exemple d'installer un système Linux sur son ordinateur. Fatalité ? Pas nécessairement, si on a des prestataires libres ou éthiques qui proposent l'équivalent.